LEXIQUE

Adresse

Une adresse désigne une clé publique qui vous est adressée lorsque vous créez un Wallet (portefeuille électronique). Cette adresse, un peu à l’image d’un RIB/IBAN, vous permet de transférer (envoyer ou recevoir) des crypto-monnaies. Cette adresse est créée de manière aléatoire et se compose d’une suite de chiffres et de lettres, voire d’un QR code. A l’inverse, il existe les « Vanity Adress » qui sont quant à elles, personnalisées et non fournies de manière aléatoire.

 

Airdrop

Un Airdrop est un moyen d’obtenir des crypto-monnaies « facilement ». On parle généralement d’Airdrop lorsque les créateurs d’une crypto-monnaie offrent durant une période donnée et à des personnes éligibles à cette offre, des tokens. Par exemple : Une entité créatrice d’une crypto-monnaie X souhaite lancer leur projet (ICO). Afin de promouvoir leur produit/service, ils mettent en place un Airdrop, autrement dit ils offrent quelques tokens en échange d’une action faite par le futur détenteur de ces tokens (une simple inscription par mail, une signature, une souscription à une communauté ou à un forum, etc…). Un peu comme le principe de l’échantillon que l’on vous donne en magasin, ou d’un eBook que l’on vous offre gratuitement sur un blog en échange de votre adresse mail.

 

All-in

Même principe qu’au Poker, un All-in désigne le fait qu’une personne investi la totalité de ses fonds sur une seule et même crypto-monnaie à un instant T.

 

Altcoin (Alternative Coin)

Qui signifie « pièce de monnaie alternative » en anglais, ce terme désigne tout simplement toutes les crypto-monnaies autres que le Bitcoin. Certaines monnaies virtuelles comme l’Ethereum par exemple, tendent à se détacher de cette étiquette de « altcoin » tant elles sont aujourd’hui réputées.

 

AML (Anti-Money Laundering)

Qui signifie littéralement « anti-blanchiment d’argent » en anglais, l’AML sont les mesures prises par un état ou une grande instance pour lutter contre les dérives liées aux crypto-monnaies, à savoir et bien le blanchiment d’argent. Dans la pratique, certaines personnes au comportement frauduleux tendent à convertir de l’argent sale en crypto-monnaie pour rendre cet argent propre tout en passant sous l’œil des radars des autorités.

 

Arbitrage

L’arbitrage est le fait de tirer profit de la différence de prix qu’il peut y avoir entre plusieurs plateformes d’échanges (dit aussi « exchanges »). Dans la pratique, ceux qui font de l’arbitrage, achètent sur un exchange et revendent sur un autre afin de réaliser une plus-value monétaire.

 

ASIC (Application Specific Integrated Circuit)

Qui signifie littéralement « circuit intégré propre à une application » en anglais, une ASIC désigne une petite puce électronique que l’on intègre au processus de minage d’une crypto-monnaie. Les puces de types ASIC permettent l’extraction minière des crypto-monnaies de manière beaucoup plus efficace qu’une carte graphique.

 

Ask

Qui signifie littéralement « demande » en anglais, un « Ask » design tout simplement le prix auquel un détenteur d’une crypto-monnaie souhaite vendre cette dernière. C’est un ordre de vente, ou autrement dit, un prix de vente d’une crypto-monnaie proposé sur une plateforme d’exchange.

 

ATH (All Time High)

L’ATH correspond à la valeur (le prix) maximale atteinte par une crypto-monnaie depuis le début de son existence.

 

ATL (All Time Low)

L’ATL correspond à la valeur (le prix) minimale atteinte par une crypto-monnaie depuis le début de son existence.

 

Bear Market

Qui signifie littéralement « marché baissier » en anglais, ce terme désigne tout simplement un marché à tendance baissière. En d’autres termes, une baisse du cours d’une crypto-monnaie.

 

Bid

A l’inverse du « Ask », le Bid (que l’on peut traduire par « offre ») désigne le prix auquel un futur potentiel détenteur d’une crypto-monnaie souhaite acheter cette dernière. C’est un ordre d’achat, ou autrement dit un prix d’achat d’une crypto-monnaie, fixé par un acquéreur intéressé.

 

BIP (Bitcoin Improvement Proposal)

Qui signifie « Proposition d’amélioration du Bitcoin » en français, le BIP est un document formel qui permet de faire part de propositions en termes d’amélioration ou de modification. Une fois ce document soumis aux acteurs décisionnels, ces derniers doivent estimer si cette proposition est bonne et vaut le coup d’être adoptée. Le statut du BIP passe alors en « actif » lorsqu’elle est retenue. Et si la proposition est adoptée, son statut passe alors en « définitif ». Cela veut dire que le projet d’amélioration a été accepté et que des mesures vont être prise afin d’optimiser un des attraits du Bitcoin, quel qu’il soit.

N’importe qui peut soumettre un BIP, dans la mesure où le format du document est respecté.

Bitcoin

Lire notre guide : Qu’est-ce que le Bitcoin ?

 

Bitcoin ATM

Dans son plus simple appareil, un Bitcoin ATM est tout simplement un guichet vous permettant d’échanger vos billets de banques contre des bitcoins. Cela fonctionne de la même manière qu’un distributeur de billets automatique.

 

BitPay

Bitpay est la technologie qui vous permet de payer chez les commerçants en Bitcoin. C’est en quelque sorte le Paypal du Bitcoin. Une application Bitpay pour smartphones (iOS et Android) vous permet par un simple contact entre votre téléphone et la borne de paiement du commerçant d’effectuer la transaction. Cela permet au grand public de pouvoir utiliser leurs bitcoins de la même manière qu’avec une carte bancaire.

 

Blockchain

La Blockchain (ou « chaine de blocs » en français) est une innovation technologique majeure depuis ces dernières années. Imaginez une blockchain comme un livre de comptes, tenu par un groupe de personnes opérant sur un réseau commun.

Prenons la Blockchain Bitcoin par exemple. Si un individu A envoie X bitcoins à un Individu B, on appelle cela une transaction financière. L’argent (la crypto-monnaie) circule du compte A vers le compte B de manière décentralisée (sans aucun intermédiaire). Cette transaction est donc logiquement communiquée à l’ensemble des nœuds du réseau (le fameux groupe de personne). Chacun des nœuds va devoir vérifier et valider cette transaction pour que l’opération se fasse.

Ceux qui vérifient cette transaction sont les mineurs, dont le job est de crypter cette nouvelle information entrante dans le réseau (la transaction). Lorsqu’un mineur, grâce à la puissance de sa machine (ordinateur pour faire simple) arrive à crypter cette transaction, il va l’inscrire dans un nouveau bloc (où sont recensées d’autres données du même type). Une fois le bloc complet, il est soumis à l’ensemble des nœuds du réseau pour être validé.

Ce fameux bloc va alors être ajouté à l’ensemble des blocs créés auparavant. Cet ensemble s’appelle la Blockchain.

Une blockchain comme celle du réseau Bitcoin, est consultable par n’importe quel individu. C’est un grand livre de compte ouvert à tous, libre d’accès et infalsifiable. Une grande base de données collaborative où chacun peut y inscrire de nouvelles données, à condition qu’il dispose du matériel requis pour le faire. On parle de la Blockchain comme une « technologie de registre distribuée » (Distributed Ledger Technology) ou « DLT ».

Mais la technologie de la Blockchain a bien d’autres atouts dans son sac. Elle permet non seulement de réaliser de nombreuses opérations financières (des échanges de valeurs), d’émettre ou de recevoir une transaction financière, mais aussi la certification de documents, ou bien encore le déploiement de smarts contracts (contrats numériques).

 

Bounty

Un Bounty est une récompense sous forme de tokens, attribuée aux personnes qui font la promotion d’un projet crypto-monnaie lors d’une ICO.

 

Bull Market

Qui signifie “Marché haussier” en anglais, le Bull Market est l’inverse du Bear Market. Ce terme indique une tendance à la hausse du marché d’une crypto-monnaie. Cela se caractérise par une hausse de la courbe de la valeur d’une monnaie sur une période donnée.

 

Chart

Une chart signifie “graphique” en anglais. Une chart est donc un graphique qui représente le cours d’une crypto-monnaie.

 

Clé privée

Désigne un code secret qui vous permet d’accéder à votre compte personnel.

 

Clé publique

Désigne un code spécifique qui permet à n’importe qui de vous envoyer / transférer des crypto-monnaies. Son principe de fonctionnement ressemble à celui d’un RIB bancaire.

 

Consensus

Le consensus est un processus clé d’une blockchain. Au sens général, un consensus désigne un accord commun et unanime au sein d’un groupe, de manière à pouvoir prendre une décision et d’agir sans délibération particulière ou de vote au préalable.

Dans un système centralisé traditionnel, tous les acteurs de ce système s’appuient sur un tiers de confiance connu de tous, qui régie les règles et prend des décisions pour l’ensemble de ce système (comme par exemple la banque centrale qui joue un rôle décisionnaire vis-à-vis des banques locales). Dans un modèle comme celui-ci, le consensus n’est pas de mise, puisque la gouvernance est assurée par un tiers identifié et connu de tous.

Dans un système décentralisé comme la blockchain, il n’y a aucun intermédiaire. Ce sont tous les ordinateurs connectés au réseau qui interagissent et œuvrent pour un seul système. Cette complémentarité entre les nœuds fait qu’il est impossible qu’une seule entité puisse changer la règle du consensus.

Prenons l’exemple de la blockchain Bitcoin. N’importe qui peut miner, c’est-à-dire valider des transactions pour les ajouter à un nouveau bloc qui viendra compléter la chaine de bloc. Si en théorie, tout le monde peut le faire, il est logique de se demander : En quoi ce système est autant sécurisé ? Comment empêcher une personne malveillante ou un pirate de venir valider une transaction frauduleuse ?

C’est là le rôle du principe de consensus. En effet, une fois qu’un mineur valide un bloc de transaction, elle est partagée de manière totalement transparente à tous les utilisateurs du réseau, qui eux même vérifient à leur tour ce bloc. Si au moins 51% de ces utilisateurs valident à leur tour le bloc, c’est à ce moment-là qu’il sera définitivement ajouté à la blockchain.

La blockchain étant publique, la moindre activité suspecte, serait immédiatement repérée. Pour pouvoir changer les règles d’un consensus, il faudrait que plus de 50% des utilisateurs d’un même réseau se rallient à une nouvelle forme de consensus permettant une activité frauduleuse. Mais dans la pratique, c’est impossible, puisque c’est le bon fonctionnement du système, de la blockchain qui permet de récompenser les mineurs en contrepartie de leur force de travail (force de travail qui se caractérise par un investissement financier important en matériel informatique de minage). L’hypothétique opération frauduleuse ne serait donc rentable pour personne.

 

Correction

On emploie le terme « correction » lorsqu’il y a une variation brutale du cours d’une crypto-monnaie. Imaginons une longue période à tendance baissière. Si l’on constate une hausse significative et brutale du cours de la crypto-monnaie, alors nous parlerons de « correction ».

 

CPU (UCT)

Un CPU (Central Processing Unit) ou en français UCT (Unité centrale de traitement) est un processeur. De manière générale, un CPU est un composant électronique qui permet la bonne exécution d’un programme informatique. Le CPU peut être défini comme le cerveau de l’ordinateur grâce à sa « mémoire ». Dans l’univers des crypto-monnaies, il est utilisé pour le minage des bitcoins. Son rôle est la validation des transactions effectuées.

Si le CPU était utilisé autrefois, aujourd’hui il n’est plus assez puissant pour garantir son rôle. Les technologies étant de plus en plus gourmandes en énergie, le minage du bitcoin requiert des composants beaucoup plus performants.

En revanche, le CPU est toujours utilisé pour valider des transactions de certains altcoins moins gourmands.

 

Crypto-monnaie

Une crypto-monnaie est une monnaie électronique s’appuyant sur la cryptographie afin d’en valider les transactions qui en découlent et de se générer elle-même. La création de crypto-monnaie est possible grâce à la résolution de problèmes mathématiques complexes (Hashage) par un ensemble de machines constituant le réseau sur lequel opère cette crypto-monnaie. Un des objectifs visés par la création de crypto-monnaies, est de faciliter les échanges pair-à-pair de manière décentralisée (sans aucun intermédiaire entre les échanges monétaires).

 

Cryptographie

La cryptographie au sens général est l’art de dissimuler ou de déchiffrer des codes secrets. A la frontière des mathématiques, de l’informatique et parfois même de la physique, la cryptographie est un ensemble de processus, de calculs visant à protéger la confidentialité des informations d’un système.

Si les monnaies traditionnelles sont imprimées (comme les billets de banques), les crypto-monnaies, basées donc sur la cryptographie, sont créées sur la base de calculs complexes. Elle permet notamment de valider et de sécuriser les transactions entre un émetteur et un destinataire.

 

Dapps

Les dApps sont des applications (telles les applications smartphones que nous connaissons par exemple), sauf qu’ici elles sont utilisables sur le réseau Ethereum. La création de dApps sur la blockchain Ethereum permet une totale décentralisation, où le contrôle des actions effectuées sur ces dApps n’est soumis à aucune autorité centrale.

Le bon usage de ces dApps est permis grâce à la création en amont de smart-contracts (ou contrats-intelligents). Ces derniers assurent ainsi le bon déroulement des échanges, et ce, de manière transparente entre tous les utilisateurs.

 

Day Trading

Comment son nom l’indique, le Day Trading est un terme utilisé pour définir une période de trade (achat/revente) sur une période donnée (de quelques heures à plusieurs jours), dans le but évidemment de tenter de réaliser des profits grâce aux fluctuations d’un marché, c’est à dire de la hausse ou de la baisse des cours d’une crypto-monnaie.

 

DDoS

Traduit par “Déni de Service Distribué”, un DDoS insinue donc une attaque sur un serveur ou un réseau informatique. Cette attaque malveillante a pour but de rendre une plateforme, un service ou un réseau, indisponible.

Généralement, une attaque DDoS se caractérise par une inondation de données sur un site, ne pouvant pas supporter un tel flux. Cette abondance brutale de données injectées sur ce site le fait “crasher” de sorte à ce qu’il ne soit plus opérationnel (Imaginez 30.000 personnes tenter de vous appeler continuellement en même temps sur votre téléphone et que tous laissent des messages. Votre boîte de messagerie serait très vite saturée et vous ne pourriez plus utiliser votre téléphone tellement vous recevrez d’appels).

Tous les réseaux sont vulnérables à des attaques DDoS et il est important d’y être préparé pour minimiser les dégâts, les pertes et la durée d’inactivité.

L’euphorie concernant les crypto-monnaies fait, des plateformes d’exchanges et des réseaux de crypto-monnaies, un terrain de jeu pour les hackers. Mais la technologie de la blockchain dispose d’un potentiel certain pour contrer les cyber-attaques de ce genre.

 

Décentralisation

La décentralisation est un des points essentiels recherchés dans la création des crypto-monnaies. A son paroxysme, elle permet aux individus d’avoir une totale autonomie et indépendance quant à leurs actions, sans qu’aucun contrôle de la part d’une instance quelconque n’ait lieu. On parle généralement de “réseau décentralisé”, ce qui signifie qu’aucune autorité centrale (entreprise publique ou privée, groupe d’individus engagés, etc…) n’a de contrôle sur ce dernier.

Dans le cas de la technologie de Blockchain, plus il y a de nœuds dans le réseau, plus on dira que le réseau est décentralisé. En effet, un nœud a pour mission de vérifier et de valider un bloc de transactions (comme une page d’un registre dans lequel des données sont inscrites). Chaque nœud vérifie, indépendamment des autres nœuds, les nouveaux blocs entrants. Plus il y a de nœuds donc, plus le contrôle est fiable et décentralisé.

 

Déflation

Dans un contexte économique, une déflation désigne une baisse du cours des prix sur une période donnée. Contrairement à l’inflation où les prix ont tendance à monter. Les crypto-monnaies se veulent déflationnistes dans la mesure où elles évitent le risque d’hyperinflation en limitant leurs masses monétaires (comme Bitcoin qui a fixé sa masse monétaire à 21 millions d’unités).

 

Dip

Que l’on peut traduire par “plonger”, “piquer” ou “faire baisser”, le terme Dip désigne une baisse brutale et anecdotique du cours d’une crypto-monnaie. Un marché haussier (Bull Market ou Bullish) peut très bien connaître un Dip dans la mesure où une Baleine (Whale), c’est-à-dire une personne qui possède énormément de coins, revend une grande partie de ses crypto-monnaies. Une revente si importante qu’elle ferait chuter le cours de la crypto.

Une opportunité intéressante donc, pour acheter de la monnaie virtuelle dont la valeur a été soudainement affaiblie.

 

Dump

Dump qui signifie en français « se débarrasser de » reflète une baisse du prix d’une crypto-monnaie. On utilise la notion de Dump dans le cas d’un « Pump & Dump » qui est une action volontaire de faire varier le cours d’une crypto-monnaie dans le but d’en tirer une plus-value. Le Dump est le moment où les détenteurs d’un coin vont s’en débarrasser (vendre) en même temps, suite à un Pump (où un grand nombre de personnes vont acheter en même temps pour faire monter le cours) pour réaliser cette plus-value.

 

Ethereum

Lire notre Guide : Qu’est-ce que l’Ethereum (ETH) ?

 

Exchange

Un “Exchange” ou “plateforme d’échanges” est une place de marché sur laquelle s’échangent des crypto-monnaies (par exemple échanger du bitcoin contre du ZCash). Mais sur un exchange il est aussi possible d’échanger de la monnaie fiduciaire contre des crypto-monnaies (par exemple des dollars contre des bitcoins).

Les plateformes d’échanges sont le lieu de prédilection des traders qui peuvent spéculer sur les cours des crypto-monnaies. Vous retrouverez tous nos guides sur les exchanges en cliquant ici (à venir).

 

ERC20 (Ethereum Requests for Comments)

Le protocole ERC20 est un standard en matière de tokens. Un token, dit “ERC20” est une forme bien particulière de token qui a respecté un certain nombre de règles pour être dénommé ainsi.

La norme ERC20 va définir la manière dont vont se comporter les nouveaux tokens au sein de l’écosystème Ethereum. Elle est liée à un éventail de plusieurs fonctions qui vont être reconnues par les smart contracts déployés sur la Blockchain Ethereum.

ERC signifie Ethereum Requests for Comments. En d’autres termes, l’ERC est le processus par lequel les individus peuvent proposer des axes d’amélioration pour le réseau Ethereum. Le 19 Novembre 2015, une proposition fut postée sur le compte Github d’Ethereum. Cette proposition faisait l’objet d’une standardisation pour le processus de développement des tokens. Il a été jugé plus « simple » pour les développeurs d’instaurer un standard afin que ces derniers puissent se baser dessus sans devoir tout recréer depuis le début.

En grossissant largement le trait, on pourrait dire que l’ERC20 est comme un template, une base pour la création de nouveaux tokens.

Pourquoi 20 ? Car la proposition émise le 19 Novembre 2015, fut la 20ème postée sur le compte Github d’Ethereum.

De ce fait, il est aujourd’hui facile de créer un service gérant les tokens ERC20 car l’on sait exactement à l’avance quelles vont être les fonctions basiques que ce token va accepter. La création de ce standard permet par ailleurs d’éviter de nombreuses erreurs lors de la création et limiter les risques potentiels d’incompatibilité.

 

Faucet (ou Robinet en français)

Un faucet est un site sur lequel sont offerts gratuitement des tokens (des coins) dans le but de promouvoir de lancement de crypto-monnaies (à l’image des échantillons dans une parfumerie ou des échantillons de dégustation dans les grandes-surfaces). Il existe de nombreux sites sur lesquels sont distribués ces tokens. Cette initiative est aussi appelée “Airdrop”.

 

Fees (ou Frais en français)

Les fees sont des frais de transactions qui s’appliquent lors de l’achat ou de la revente de crypto-monnaies. A chaque transaction, un pourcentage de cette dernière est prélevé. Ce pourcentage peut varier selon les Exchanges, bien qu’il reste tout de même minime. Mais les Fees concernent aussi les mineurs.

Par exemple, le minage demande de nombreuses ressources énergétiques. Les mineurs, pour leur effort sont donc légitimes à recevoir une rémunération pour leur travail. Les frais liés à ces transactions permettent donc de les rémunérer.

 

Fiat Money (ou Monnaie Fiduciaire)

La “Fiat Money” ou “Fiat Currency” désigne tout simplement la monnaie fiduciaire telle que nous la connaissons (comme par exemple les billets de banque ou les pièces de monnaies). Sur les exchanges la Fiat Money peut être exprimée en différentes devises (dollars, euros, etc…).

 

FOMO (Fear of Missing Out)

FOMO (Fear Of Missing Out) représente le sentiment de la peur de manquer quelque chose.  Un sentiment que l’on connaît lorsque l’on agit précipitamment sous le coup de d’une pulsion, de peur de louper une bonne affaire.

 

Forgeur

Un forgeur est une personne qui met à disposition son ordinateur à un réseau pour effectuer du minting (ou forgeage). Cela s’apparente au métier de forgeron, où une personne façonne un objet métallique via une forge. Dans le cadre des crypto-monnaies, un forgeur utilise la preuve d’enjeu (Proof-of-Stake) pour pouvoir valider des blocs de transactions. Comparé au mineur qui se sert de la preuve de travail (Proof-of-Work) pour miner des coins / valider des blocs de transactions.

 

Fork

Un fork peut être traduit par « bifurcation » en français. Si nous prenons la métaphore d’une autoroute (qui représente ici la blockchain), un fork serait un nouvel embranchement, une sortie d’autoroute qui mène à une voie alternative. Un fork est une version alternative de la blockchain. Un fork est le résultat d’une volonté de modifier le logiciel source d’une technologie, de se servir de la technologie principale pour en proposer une qui se veut plus performante ou du moins différente. C’est une modification des règles qui régissent une crypto-monnaie.

Prenons l’exemple de Bitcoin qui s’appuie sur la technologie Blockchain. Cette base de données fonctionnant comme un livre comptable, a ses qualités mais aussi ses défauts. Parmi ces derniers, on note une capacité limitée à 1MB pour les blocs, ce qui pose un problème de croissance au réseau Bitcoin. Pour remédier à cette faiblesse, un fork est créé. Il va tenir compte de la technologie Blockchain et de tout son historique pour y apporter des améliorations. Parmi les forks du Bitcoin, nous pouvons noter Bitcoin Cash ou bien encore Bitcoin Gold.

A noter aussi qu’il existe 2 types de fork :

  • Soft fork: On apporte une modification mineure (légère) à la chaîne de bloc.
  • Hard fork: Il s’agit d’une nouvelle version proposant des modifications majeures. Nous nous retrouvons alors avec 2 chaines de blocs distinctes ayant des règles différentes qui les régissent. Un Hard fork peut se traduire par une séparation (un split) en 2 d’une chaine de blocs pouvant aboutir à la création de deux monnaies différentes, comme on peut le constater avec Ethereum et Ethereum Classic.

Sachant que personne n’a de contrôle sur le système (c’est le principe même de la technologie Blockchain). Ce sont des règles mathématiques qui régissent l’écosystème. Il n’y a pas de chefs, pas de propriétaires. Les développeurs peuvent implémenter de nouvelles règles, mais les mineurs décident ou non de changer leur programme de minage, de même que les utilisateurs ou les marchands décident de mettre à jour leurs applications ou leur portefeuille.

Un fork est donc un évènement durant lequel une blockchain ouverte dans un état donné, diverge en deux états différents, soutenus tous deux par un groupe du réseau. Les deux suivent alors des conventions différentes qui font que la façon dont ils considèrent l’historique des transactions est partiellement différent. Il s’agit d’une différence de point de vue, de perspectives sur l’état actuel, courant de la blockchain. Cela fait parti du processus de mise en place du consensus.

 

FUD (Fear, Uncertainty, Doubt)

FUD ou PID (Peur, Incertitude, Doute) est le fait d’émettre un sentiment négatif envers les crypto-monnaies ou un projet en relation avec ces dernières. Le FUD est une stratégie marketing servant à instaurer de la peur chez quelqu’un à propos d’un sujet.

 

GPU (Graphic Processing Unit)

Un GPU est un processeur graphique. C’est un circuit intégré présent sur une carte graphique (mais pouvant aussi être intégré sur une carte-mère ou dans un CPU). Son rôle est d’assurer la fonction de calcul d’affichage. Les plus connus sont NVIDIA, AMD et Intel (celles qui sont installées le plus souvent dans nos ordinateurs). Le GPU dans le minage des crypto-monnaies est un composant élémentaire. Miner des crypto-monnaies est un procédé exigeant et gourmant pour les cartes graphiques. Posséder un GPU performant augmente la performance d’une machine à miner des crypto-monnaies.

 

Halving

Les mineurs sont récompensés grâce aux feeds des transactions. Leur travail de minage est donc récompensé. On parle de Halving lorsque cette récompense est divisée par 2. A chaque palier de blocs minés, la récompense offerte est divisée par 2.

Par exemple, les premiers mineurs de bitcoins touchaient 50 BTC pour chaque bloc généré. Puis une fois que 210.000 blocs ont été minés, la récompense est passée à 25 BTC pour chaque bloc généré. Les récompenses continueront à diminuer au fur et à mesure que des blocs seront minés. C’est ce que l’on appelle le “Halving”.

 

Hashing (ou Hachage)

Pour faire très simple, le Hashing est le fait de transformer un élément (un document ou un texte par exemple) en une valeur / une empreinte unique fixe. Cette valeur est appelée « hash ». Le Hashing est une fonction mathématique, un algorithme qui, à partir d’informations données, va les modifier en une suite de chiffres et de lettres (hash) comme ceci : 09dd316c9077762feefd5f53b1e7198636bc0c11.

Pour vous donner un exemple concret, prenons Bitcoin. Pour que le réseau soit sécurisé, il s’appuie sur la Preuve de Travail (Proof of Work). Cela indique que pour valider une transaction et pouvoir l’inscrire sur le « registre des comptes » (la blockchain), le mineur doit posséder une force de travail. Autrement dit une puissance de calcul suffisante. Tous les mineurs d’un réseau reçoivent un même problème mathématique complexe à résoudre pour valider une transaction.

Et le premier mineur à trouver cette solution a le droit de la valider. Pour cela il doit « prouver » qu’il a été le meilleur (la fameuse Preuve de Travail). Cette preuve est apportée par la génération d’un hash (un code qui crypte des données). Pour générer un hash il faut tester de multiples combinaisons complexes qui demandent une énorme puissance calcul : un Hasrate (ou Taux de Hachage) performant.

Celui qui résout le problème mathématique par un hash, peut alors l’inscrire dans l’historique de toutes les transactions effectuées via le réseau. Le mineur qui trouve le bon « hash » est rémunéré de son travail fourni (grâce à sa puissance de calcul mis à disposition) en crypto-monnaie.

Dans la pratique, pour générer un hash, le mineur utilise une machine de calcul. Pour se faire, il doit rentrer un nombre aléatoire (appelé « nonce »). Le mineur doit alors essayer aléatoirement plusieurs « nonces » jusqu’à trouver un hash valide. Trouver un hash, demande de réaliser des millions voire des milliards de tests par seconde. C’est pourquoi il est impossible de le faire à la main et qu’il est nécessaire de disposer de machines ultra-performantes.

 

Hashrate (ou Taux de Hachage)

Le Hashrate correspond à la performance de minage. C’est une unité de mesure qui détermine la capacité de votre machine à miner des crypto-monnaies. En gros, c’est la vitesse à laquelle votre ordinateur peut générer des cryptos. Cette unité est généralement exprimée en Mh/s (1 Mh/s = 1 Millions de hashes par secondes).

 

Holding

Hold vient de l’anglais qui signifie « détenir », « conserver ». Le Holding est le fait de garder soigneusement ses cyrpto-monnaies, peu importe la variation des cours. C’est une stratégie pour ceux qui misent sur une montée des cours à long terme.

 

ICO (Initial Coin Offering)

Une ICO est un moyen pour promouvoir le lancement d’un projet lié aux crypto-monnaies. Les développeurs qui lancent une nouvelle crypto-monnaie offrent lors d’une ICO, la possibilité à des investisseurs d’acheter des tokens relatifs à cette crypto-monnaie afin de permettre aux développeurs de récupérer des fonds. Ces fonds contribueront au bon développement du projet. Et les investisseurs quant à eux, participent financièrement au projet en espérant voir ce dernier aboutir et réussir.

 

IPO (Initial Public Offering)

Une IPO est une introduction en bourse d’une société. C’est un terme qui signifie que les actions d’une société sont en vente publique sur le marché. L’IPO permet de lever des fonds grâce à la participation financière d’investisseurs. En crypto-monnaie on parlera d’ICO (voir définition juste au-dessus), dont le principe est relativement le même.

 

Last

Qui signifie “dernier”, le terme Last désigne dans l’usage des crypto-monnaies, le dernier prix auquel une crypto-monnaie a été échangée sur une plateforme d’échanges (exchange).

 

Limit Buy / Limit Sell

Ces deux termes désignent un ordre d’achat (Limit Buy) ou de vente (Limit Sell) d’un investisseur sur un plateforme d’échanges. L’individu fixe une limite de prix lors de son investissement. Il va par exemple dire à la plateforme (par un ordre d’achat) qu’il faut automatiquement acheter telle crypto-monnaie lorsque son prix atteindra une certaine valeur. De la même manière avec un Limit Sell, l’investisseur ordonne de vendre automatiquement ses tokens lorsque le prix de la crypto-monnaie correspondante aura atteint un certain seuil en termes de valeur.

 

Long (ou Long Position)

Faire un “Long” signifie miser sur une hausse du cours d’une crypto-monnaie en utilisant la méthode du Margin Trading. Cette méthode revient à emprunter des crypto-monnaies en espérant voir leur prix augmenter pour réaliser une plus-value (si hausse il y a). Plus-value qui permettra à l’investisseur de dégager des bénéfices tout en couvrant les frais liés à l’emprunt qu’il a réalisé en amont.

 

Margin Trading

Comme expliqué juste au-dessus, le Margin Trading est une méthode qui consiste à emprunter des capitaux pour faire du trading. Un prêteur met à disposition son capital à des investisseurs pour que ces derniers puissent disposer plus de liquidité pour pouvoir trader/miser. La Margin Trading fonctionne grâce aux effets de levier. Par exemple, si vous misez 10€ et que vous appliquez un levier X 100, cela voudra dire que vous pourrez misez 1000€ au lieu de 10. Un moyen de gagner plus, mais évidemment très risqué en cas de mauvaise spéculation…

 

Market Buy

Un Market Buy est un ordre d’achat au prix du marché. Cet ordre d’achat est directement lié à la valeur de la crypto-monnaie, à l’instant où vous regardez sa courbe.

 

Market Cap (Capitalisation du marché)

Le Market Cap désigne la capitalisation d’une crypto-monnaie (ou d’un ensemble de crypto-monnaies), ou autrement dit le montant total en circulation. C’est la valeur totale d’une crypto-monnaie. Pour obtenir cette valeur, il suffit de multiplier le nombre d’unités d’une crypto-monnaie par la valeur actuelle d’une unité. Par exemple si le prix d’un BTC est de 7000$ et qu’il y a 17 millions de BTC en circulation, alors son Market Cap est de 119 Milliards de dollars.

 

Market Sell

A l’inverse du Market Buy, le Market Sell est un ordre de vente au prix du marché, à l’instant T où l’on regarde la courbe d’une crypto-monnaie.

 

Masternode

Un Masternode est un node (nœud) disons un peu plus « élaboré ». Les masternodes servent à effectuer différentes tâches sur le réseau, de manière à le stabiliser et à le sécuriser. Ils offrent un niveau de service supérieur par rapport à un nœud simple du réseau (nœuds qui sont chargés de vérifier et de valider les transactions du réseau).

 

Mineur

Un mineur est une personne qui met à disposition son matériel pour miner des crypto-monnaies. Son rôle est de vérifier les transactions du réseau sur lequel il opère et de les valider. Pour cela, il doit trouver un hash qui correspond à la transaction via une formule mathématique qui génère ces codes. Tous les mineurs ont connaissances de cette fameuse transaction. Et le premier qui réussit à trouver un hash correspondant, pourra la valider et l’intégrer dans un bloc (un des maillons de la chaine du réseau). Pour chaque validation de bloc, le travail du mineur est récompensé.

 

Mining (ou Minage)

Le Mining est la seule façon de créer des coins. Si aux débuts du réseau Bitcoin il suffisait de quelques processeurs pour entrer dans la compétition, aujourd’hui il est nécessaire de posséder du matériel spécialisé et hautement performant pour miner des bitcoins (comme des puces ASICS) ainsi qu’une infrastructure adaptée.

Mais les altcoins, à la différence du bitcoin, peuvent se miner via du matériel un peu moins « lourd ». Des cartes graphiques suffisent pour l’instant à miner des altcoins (AMD Radeon RX 480 et RX 580 sont par exemple du matériel de référence).

Le mining (ou minage) est un service rémunéré où les mineurs doivent vérifier les transactions.

 

Mining Pools

Les mining pools sont des coopératives de minage. Cela correspond au fait que des personnes unissent leurs forces (leur matériel de minage) pour créer des coins ou de nouveaux blocs de transactions et se partager les revenus qui en découlent, au prorata de leurs investissements. Si un acteur apporte plus de force de travail qu’un autre, il sera mieux rémunéré.

 

Minting / Stacking / Forgeage

Le Minting ou Forgeage est au Proof-of-Stake ce que le minage est au Proof-of-Work. Nous préférerons employer le terme Stacking plutôt que Minting. Stacking fait référence au Stack, qui désigne le nombre de tokens (coins) dont possède un individu (tout comme un joueur de poker qui joue avec son stack de jetons).

Le Stacking est donc le fait de « miner », et dans ce cas nous allons dire « forger » des crypto-monnaies grâce à une preuve d’enjeu (Proof-of-Stake) ou preuve de participation. Autrement dit, le forgeur doit prouver par son nombre de crypto-monnaie en sa possession qu’il est légitime à pouvoir valider les blocs de transactions.

Contrairement au mineur qui doit prouver par sa force de travail (Proof-of-Work) ou sa force de calcul, qu’il est capable de faire son travail mieux que les autres.

De ce fait, plus un forgeur a de crypto-monnaies en sa possession, plus il sera considéré comme « légitime » à pouvoir faire du Minting et donc à valider les blocs et sécuriser la blockchain. En possédant un maximum de tokens, il prouve qu’il est un acteur de confiance puisqu’il a investi dans cette crypto-monnaie. Et donc il n’aurait aucun intérêt à ce que tout le système s’écroule s’il veut espérer voir se développer cette crypto-monnaie en question.

Un forgeur est finalement un peu comme un actionnaire qui a des parts dans une société.

Enfin, il existe 2 types de Stacking :

  • Le stacking classique: le forgeur peut valider les blocs peu importe le nombre de coins qu’il détient. Mais plus il a de stake, plus il pourra valider de bloc et recevoir des récompenses (s’il y en a).
  • Le stacking « masternode »:  Le forgeur doit posséder un minimum de stack avant de pouvoir valider des blocs. C’est une sorte de barrière à l’entrée pour devenir un délégué (un masternode) en prouvant que l’on est un acteur sérieux et impliqué dans la cause. Les masternodes ont généralement plus de pouvoir et de responsabilités qu’un node (nœud) basique.

 

Node / Noeud

Un nœud ou un node est une personne (plus précisément une machine contrôlée par une personne) faisant partie du réseau. Il est relié à la blockchain et utilise un programme permettant de relayer les transactions. Son travail est de miner, ou autrement dit, trouver des solutions à des problèmes mathématiques complexes afin de pouvoir inscrire de nouveaux blocs dans la blockchain.

 

Orphan Bloc (Bloc orphelin)

Son appelés blocs orphelins, des blocs qui n’ont pas été validés par la blockchain principale. Par exemple, étant donné que c’est la chaine principale qui prévaut, si deux blocs sont validés pile au même moment, c’est le bloc qui viendra s’attacher à la chaine principale qui sera gardé. L’autre deviendra alors orphelin et donc rejeté par la blockchain.

 

OTC (Over The Counter)

Un OTC est une transaction entre deux individus sans aucun intermédiaire. C’est un échange de gré à gré entre deux parties de bonne volonté. L’expression Over The Counter se traduit en français par « Par-dessus le comptoir », comme pourrait l’illustrer l’image d’un client qui échange quelques pièces de monnaies contre un produit d’un commerçant. On parle d’OTC en crypto-monnaie dans la mesure où la blockchain repose sur le principe d’échange sans intermédiaire, sans organisme de contrôle, de mano a mano.

P2P (Peer to Peer)

Qui signifie « Pair-à-Pair » en français, ce terme désigne un canal de transfert direct, sans intermédiaire.  Par exemple si un individu A envoie 1 bitcoin à un individu B, la transaction s’effectue directement de l’ordinateur A vers l’ordinateur B sans passer par un serveur central. C’est le principe du P2P.

Pour vous donner un exemple (parmi tant d’autres) d’un système non Peer to Peer : le paiement par carte bancaire. Un individu qui utilise sa carte bancaire pour acheter un bien, doit l’insérer dans la borne de paiement du commerçant. Cette borne envoie un message à la banque du client demandant si le paiement peut être effectué avant de pouvoir être approuvé. Le fait qu’il y ait un intermédiaire (la banque) désigne le fait que la transaction ne s’est pas faite de Pair-à-pair.

Le P2P est donc un processus de connexion entre 2 entités (2 utilisateurs, 2 nœuds, 2 serveurs, etc…) qui permet de communiquer, de partager, de transférer ou de faire n’importe quelle chose impliquant 2 parties.

Dans un système ouvert telle que la blockchain Bitcoin, tous les utilisateurs ont accès aux mêmes données. N’importe qui peut télécharger ce grand livre de compte numérique qu’est la blockchain, le consulter, y enregistrer des transactions, etc. Cette fameuse blockchain est donc partagée à travers un réseau mondial Pair à Pair. Pour définir une blockchain on pourrait d’ailleurs employer le terme de « protocole de consensus distribué ».

 

Panic Buy

Que l’on pourrait traduire par « achat compulsif », un Panic Buy est le fait d’acheter une crypto-monnaie dans la précipitation, sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences de cet achat. Il arrive de faire un Panic Buy par peur de rater une bonne opportunité d’investissement. On constate des achats compulsifs lorsque des acteurs influents dans le monde des crypto-monnaies font des annonces disant d’acheter au plus vite, lorsque l’actualité parle d’une nouvelle opportunité, ou lors d’un Pump.

 

Panic Sell

De la même manière qu’un Panic Buy, le Panic Sell consiste à Vendre une crypto-monnaie de manière compulsive, sans trop réfléchir. De peur de voir le cours d’une crypto-monnaie plonger, une personne dans la panique peut décider de tout revendre. On peut parler de Weak Hands (mains faibles) pour désigner ce genre de comportement. Un Panic Sell peut survenir lors d’une annonce qui ferait penser qu’un cours peut chuter, lors d’un FUD ou lors d’un Dump par exemple.

 

Pool

Pool qui signifie « mettre en commun » ou « unir » en français, est le fait que des mineurs regroupent leur puissance de calcul pour gagner en performance de travail et de pouvoir résoudre plus rapidement les problèmes mathématiques (nécessaires pour enregistrer les transactions dans un bloc et valider ce bloc). Les Pools permettent à ceux qui ne disposent pas de matériel très performant de s’unir avec d’autres pour former une équipe de travail et ainsi se partager les gains issus de la validation des blocs.

 

Proof of Stake (Preuve d’enjeu)

La Preuve d’enjeu ou Proof of Stake (PoS) est ce qui va faire qu’un forgeur (mineur) puisse être légitime à valider les blocs de transactions d’une blockchain. On désigne aussi la Preuve d’enjeu par « preuve de participation ». Autrement dit, le forgeur doit prouver sa faculté à pouvoir forger sur le réseau grâce à son « taux de participation » au projet.

Généralement, plus le forgeur aura de tokens en sa possession, plus il sera digne de confiance et apte à pourvoir faire son travail en échange de récompenses. Certains projets de crypto-monnaies exigent un minimum de tokens à avoir pour pouvoir miner sur le réseau. Dans d’autres projets ce n’est pas toujours le cas. Mais c’est bien l’individu qui aura en sa possession le plus de tokens qui sera choisi en priorité.

En comparaison avec la preuve de travail (Proof of Work) où ce sont ceux qui disposent de la plus grande force de minage (force de calcul) qui ont le plus de chance de valider des blocs.

Je possède des coins, je peux donc valider les transactions au prorata de ce que je possède et recevoir une récompense au prorata du travail que j’ai effectué.

 

Proof of Work

La preuve de travail (Proof of Work) est ce qui va permettre de déterminer lequel d’entre tous les mineurs d’un même réseau, celui qui pourra valider un bloc de transaction donné. Pour pouvoir valider des blocs et les inscrire sur la chaine de blocs, les mineurs doivent effectuer des calculs mathématiques complexes à l’aide de leurs machines. Plus un dispositif électronique sera puissant, plus il sera facile de résoudre ces problèmes mathématiques. Pouvoir contribuer au minage de crypto-monnaies, cela demande un investissement financier (en matériel informatique).

Ainsi meilleure est la performance du matériel d’un individu, meilleur sera son hashrate (taux de performance de minage) et plus il sera apte à miner et à recevoir des récompenses en échange. Avec sa force de travail, il apporte une preuve de sa capacité à miner.

C’est le principe du Proof of Work (Je possède une grande puissance de calcul, je peux donc valider des transactions statistiquement au prorata de ma puissance calcul et recevoir une récompense au prorata du travail que j’ai pu accomplir).

 

Pré-minage (Pre-mining)

Le pré-minage est le fait que les développeurs à l’origine d’une crypto-monnaie minent des blocs avant le lancement officiel d’une crypto-monnaie. Cela permet de récompenser directement les concepteurs et les investisseurs de leur contribution au projet, ou bien de faire une IPO (Introduction en Bourse).

 

Pump

Nous pourrions traduire « Pump » par « faire gonfler ». Ce terme reflète une hausse du prix d’une crypto-monnaie. On utilise généralement le terme « Pump » dans le cas d’un « Pump & Dump » qui est l’action volontaire de faire varier le cours d’une crypto-monnaie en vue d’en tirer des bénéfices de manière ponctuelle. Le Pump est le moment où un groupe de personnes se mettent en accord pour acheter tous en même temps des tokens d’une même crypto-monnaie en vue de faire gonfler son prix (et évidemment de revendre derrière lorsque le cours a suffisamment monté).

 

Refill

Que l’on peut traduire en français par « recharger » ou « remplir à nouveau », ce terme désigne le fait de racheter une certaine quantité de crypto-monnaies lorsque la marché semble opportun. En gros : On refait le plein de coins !

 

ROI (Return on Investment)

Traduit en français par Retour sur Investissement, le ROI est tout simplement le profit généré par rapport à un montant d’investissement. Si je mise 100€ sur une crypto-monnaie, que sa valeur double et que je revends tout derrière, alors on dira que le ROI est de 100%, soit 100€ de gagné.

 

Satoshi

En l’hommage à l’inventeur du Bitcoin, le Satoshi est la plus petite unité de cette crypto-monnaie. Un Satoshi vaut 0.00000001 BTC.

 

Satoshi Nakamoto

Personne ne connait l’identité qui se cache derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Une personne ? Un groupe d’individu ? Tout ce que l’on sait, c’est que cette entité a eu l’idée géniale d’inventer Bitcoin entre 2009 et 2010. Satoshi Nakamoto est aussi l’auteur du forum bitcointalk mais également le fondateur du site bitcoin.org.

 

Scalping

Traduit en français par « boursicoter », faire du Scalping, c’est réaliser des petites opérations en Bourse, ou autrement dit acheter ou vendre des crypto-monnaies sur de courtes périodes en profitant des fluctuations du marché. Le but étant de réaliser des plus-values sur ces opérations boursières.

 

Scam

En français, Scam signifie « arnaque », « fraude ». Terme souvent employé pour désigner une arnaque sur Internet. Un Scam très connu dans le domaine qui nous intéresse : des individus lancent des projets fictifs, récoltent un maximum d’argent grâce aux levées de fonds, puis disparaissent dans la nature avec cet argent. D’où l’importance de bien s’informer avant d’investir dans un projet (ICO).

 

Segwit (Segregated Witness)

Segwit est un algorithme qui permet au réseau de traiter de façon sécurisée les transactions. A l’image de Visa ou de Mastercard qui sont capables de traiter aisément plus de 4000 transactions par secondes. Segwit permet de traiter environ 5 transactions par secondes sur le réseau.

D’où le problème de scalabilité aujourd’hui qui ne permet pour l’instant pas de gérer beaucoup de transactions à la fois, contrairement aux réseaux de paiements centralisés. Mais il existe des perspectives d’évolution prometteuses comme sidechains, second layers protocols (Lightning network, Raiden), nouveaux protocoles de consensus distribué (Delegated Proof of Stake, Practical Byzantine Fault Tolerant Algorithms, etc.), Segregated Witness, augmentation de la taille des blocs etc.

Un Segwit est un soft-fork d’une crypto-monnaie.

 

SHA-256 (Secure Hash Algorithm – 256)

SHA-256 est une fonction de hachage appartenant au groupe de fonctions SHA-2 (conçu par la NSA). Cette fonction est le cœur de crypto-monnaies telles que Bitcoin, Bitcoin Cash ou bien encore Bytecoin.

Elle a pour but de transformer n’importe quelle donnée (un message texte par exemple, une transaction écrite) en un hash, une empreinte de taille fixe (une suite de lettres et de chiffres unique) afin de pouvoir l’inscrire dans un bloc. C’est une fonction cryptographique.

L’algorithme de minage SHA-256 permet de traiter de l’information, en la compressant. Elle produit une sorte de condensé de cette information (ou donnée). Cette fonction possède le suffixe 256 puisqu’elle est compresse ces entrées d’informations en un hash d’une taille fixe de 256 bits.

SHA-256 permet de sécuriser le réseau sur lequel il opère (comme le réseau Bitcoin par exemple) car il s’appuie sur la force de travail (Proof of Work) des mineurs. Le mineur doit prouver sa force de travail en effectuant des calculs compliqués à l’aide de la performance de sa machine de minage.

Pour trouver un Hash unique, cela demande de réaliser des opérations mathématiques complexes. Et le premier à trouver un hash, pourra l’inscrire dans un nouveau bloc et le faire valider afin d’en tirer une récompense.

 

Shitcoin

Que l’on pourrait traduire par « monnaie merdique », ce terme désigne un coin reposant sur un projet douteux et très bancal.

 

Short

Faire un « short » signifie qu’un investisseur parie sur une baisse du cours d’une crypto-monnaie. En anticipant une baisse du cours de cette crypto-monnaie, il décidera de vendre ses tokens afin d’en racheter d’autres, une fois que ses prédictions se seront avérées vraies.

 

Sidechain

Une sidechain pourrait-être traduit par « chaine latérale » ou « chaine supplémentaire ». On désigne une sidechain étant une blockchain secondaire qui vient se développer en parallèle d’une blockchain principale. Une sidechain est complémentaire à la blockchain principale puisqu’elle y est rattachée et en connait toutes les informations dont elle dispose.

De manière un peu grossière, imaginez une pieuvre (la blockchain) à qui on rajouterait des tentacules (des sidechains) pour qu’elle puisse traiter beaucoup plus d’informations, pour qu’elle puisse gagner en productivité.

 

Silk Road

Traduit en français par « Route de la soie », ce terme fait référence à un marché sous-terrain d’Internet, plus communément appelé le Dark Web. Marché sur lequel s’échangent de la marchandise souvent illégale (drogues, trafic d’armes, etc…) contre une rémunération en crypto-monnaies. D’ailleurs, les acheteurs et vendeurs passent par le réseau Tor afin d’assurer leur anonymat et ne pas se faire démasquer.

« Route de la soie », faisant évidemment référence aux routes commerciales reliant l’Asie et l’Europe sur lesquelles les marchands chinois transitaient pour vendre leur précieux matériaux : la soie. La Route de la soie était réputée pour être périlleuse, horriblement longue à parcourir, où il fallait passer par de nombreux intermédiaires et où régnait le danger constant des brigands. Le déclin de la Route de la soie a laissé place aux Grandes Découvertes avec notamment de nouvelles méthodes de plus en plus performantes pour faire circuler les marchandises comme le transport maritime.

Peut-être y aurait-il un parallèle à faire avec nos monnaies et nos échanges d’aujourd’hui…

 

Smart Contract

Les contrats intelligents ou plus communément appelés smarts contracts sont des protocoles informatiques qui permettent de faciliter, de vérifier et d’exécuter la négociation d’un contrat entre plusieurs parties. Ça c’est tiré de la définition Wikipédia.

Pour faire plus simple ce sont des contrats (comme on les connait) mais en version numérique qui va permettre à deux individus de se faire confiance grâce aux règles prédéfinies du contrat.

Les smarts contrats sont des algorithmes, des calculs qui vont permettre d’assurer que les règles en vigueur soient bien appliquées. Ils s’exécutent sur des bases plutôt simples du type « Si… Alors… ».

Par exemple, si A (individu lambda) rend service à B, Alors A recevra X d’argent de la part de B.

Dans ce cas-là, si A arrive à prouver en remplissant les conditions du contrat qu’il a bien rendu le service à B, alors le contrat s’exécutera automatiquement pour que l’argent soit transféré.

Sachant qu’il n’y a aucune limite dans les conditions d’un contrat, les possibilités sont énormes.

Les Smarts Contracts sont rédigés dans un langage de programmation appelé Solidity. Ce sont des lignes de codes qui vont définir les règles d’exécution du contrat.

La blockchain Ethereum se sert de ces contrats intelligents pour assurer son bon fonctionnement. Le réseau Bitcoin quant à lui dispose d’un autre langage de programmation, ce qui lui empêche de pouvoir déployer des smarts contracts sur sa chaine. La seule chose que peut faire Bitcoin est de permettre les paiements pair-à-pair. C’est le seul contrat intelligent qui lui est possible de mettre en place. C’est pourquoi Ethereum avec son langage de programmation Solidity, est considéré comme le Bitcoin 2.0 car il offre un panel de possibilités énorme.

Un contrat intelligent s’exécute au sein même de la blockchain. Cela veut dire qu’il est totalement transparent, immuable, décentralisé et peu coûteux (par exemple vous n’aurez pas besoin d’un avocat pour vous défendre dans un litige).

 

Snapshot

En français, un snapshot signifie « instantané ». En informatique, ce terme est utilisé pour décrire l’état d’un système à un instant donné (comme une photographie pour immortaliser un moment).

Mais à quoi ça sert ? Prenons comme exemple une sauvegarde de données (un fichier quelconque) classique sur votre ordinateur. Lorsque vous effectuez une sauvegarde, un léger laps de temps s’écoule, le temps que votre système réussisse sa sauvegarde. C’est pourquoi une sauvegarde interrompue peut endommager les données.

Maintenant, prenons le cas où un système devrait sauvegarder une très grande quantité de données. Le temps de la sauvegarde des données serait bien plus important, et le système pendant ce temps-là serait immobilisé afin d’empêcher qu’une modification quelconque ne vienne perturber la sauvegarde.

Pour éviter d’avoir un trop grand laps de temps à attendre, et éviter une erreur qui risquerait d’affecter les données, il est intéressant donc de créer un snapshot.

Faire un snapshot pour faire simple (très simple), c’est faire un état des lieux d’un système à un instant T. On se dit : « A tel moment, on enregistre une copie des données d’un bloc de notre système ». Et dès lors qu’il y a modification de notre base de données (comme la blockchain et ses blocs des données), on peut réaliser un snapshot du bloc. De ce fait, si problème il y a, on va pouvoir récupérer les données au moment où le snapshot a été fait. Il est donc un outil de protection des données en cas d’erreur de manipulation humaine, ou de corruption de ces données.

Son avantage premier, est qu’il permet d’obtenir un instantané de volume sans stopper la production en cours, sans immobiliser le système.

 

Spread

Un spread est un écart, un différentiel entre deux taux. Sur le marché des crypto-monnaies, on peut parler de spread bid/ask, autrement dit la différence entre un prix d’achat (bid) ou un prix de vente (ask) pour une même crypto-monnaie. Le prix dit « bid » est le prix auquel il est possible de vendre une valeur financière, et le prix dit « ask » est le prix auquel il est possible d’en acheter.

La valeur d’un spread est exprimée en pips. Et plus le pips a une valeur proche de zéro, plus les transactions sont facilitées, car le spread mesure la liquidité du marché.

Cette différence de prix sert de manière générale à rémunérer le courtier, qui se voit attribuer une récompense sur la transaction.

Etant donné que le marché des crypto-monnaies est extrêmement volatile, les spreads sont assez élevés. De ce fait, les courtiers s’en donnent à cœur joie et utilisent ces spreads (ces différences de prix) comme argument commercial (comme un bookmaker qui proposerait « les meilleures cotes »).

 

Stack

Un stack peut être traduit par « tas », comme un tas de jetons au poker. Ce terme désigne le nombre de crypto-monnaies que possède un investisseur. C’est la somme de tout son capital en crypto-monnaies.

 

Stop Loss

Le Stop Loss est une limite fixée par un investisseur afin de minimiser ses pertes au cas où un investissement serait mauvais. Le Stop Loss est la valeur maximale qu’est prêt à perdre l’investisseur. Par exemple, vous fixez un Stop Loss à 10% en investissant 100€ dans une crypto-monnaie. Dès lors que le cours de cette crypto-monnaie s’affaisse et vous fait perdre 10% de votre investissement, votre solde de crypto-monnaie sera automatiquement vendu.

Autre cas, vous acheter 1 token à 1000€. Sa valeur augmente et vaut désormais 2000€. Dans la mesure où vous voudriez sécuriser une partie de vos gains, vous pouvez fixer un Stop Loss à 1900€. Cela voudra dire que si le cours vient à redescendre en dessous de la barre des 1900€, votre ordre de vente s’exécutera et votre crypto-monnaie sera automatiquement revendue.

 

Take Profit

Que l’on peut traduire par « Récupérer les profits », le Take Profit, à l’inverse du Stop Loss, est un ordre prédéfini à l’avance, qui permet de clôturer une position automatiquement dès lors que le cours de la crypto-monnaie atteint une valeur. C’est un moyen de limiter les risques, ou plutôt de garantir ses gains potentiels.

 

Testnet

Testnet est un réseau conçu spécifiquement pour effectuer des tests. C’est une blockchain alternative à la Blockchain Bitcoin qui se sert de bitcoins fictifs (n’ayant aucune valeur) pour faire des expérimentations. Le but est de pouvoir tester le protocole sans qu’il n’y ait d’impact sur la Blockchain et ses utilisateurs.

 

To the moon

“To the moon” est une expression qui signifie que la cours d’une crypto-monnaie est en train de décoller et que son prix a des chances de monter très haut (To the moon > Jusqu’à la Lune)

Tokens

Que l’on peut traduire par « Jetons », les tokens sont une représentation numérique d’une pièce de crypto-monnaie. Un bitcoin (BTC) est un token du réseau Bitcoin, tout comme un ether (ETH) qui est un token du réseau Ethereum. Chaque token est propre à sa crypto-monnaie. Si je détiens X tokens d’une crypto-monnaie, cela voudrait dire que je possède X jetons ou X pièces de cette crypto-monnaie.

 

TOR

TOR (The Onion Router) se traduit en français par « Le Routage en Oignon ». C’est un réseau informatique qui permet de naviguer sur Internet de façon anonyme. N’importe qui disposant d’une connexion internet peut se connecter au réseau Tor pour naviguer dans l’anonymat. En effet, votre ordinateur n’est plus relié directement à votre un serveur qui lui délivre une adresse IP reconnaissable, identifiable et localisable. Non, la connexion de votre ordinateur va passer par une série de nœuds (hubs) qui constituent le réseau Tor, et qui vont chiffrer vos données.

L’utilisateur, pour accéder au réseau Tor, doit passer par Vidalia, le logiciel permettant d’activer, d’arrêter et de contrôler le fonctionnement de Tor.

A l’origine, le projet Onion Router a été financé par le gouvernement des Etats-Unis puis développé dans les laboratoires d’investigation de l’armée américaine, afin que leurs activités et leurs communications soient masquées.

Mais Tor est aujourd’hui plus connu pour être le point de départ, la plateforme d’accès pour s’immiscer dans l’Internet profond, le « DeepWeb », ou s’exercent bon nombre d’activités illégales (mais pas toujours). Deepweb qui est impossible d’accès via les moteurs de recherche traditionnels comme Google.

 

Trading Bot

Un Trading Bot, comme son nom l’indique, est un robot qui va exercer ses fonctions sur les plateformes de trading. C’est un programme informatique conçu et paramétré pour passer des ordres d’achats et de ventes, de manière automatique, sans que l’utilisateur de ce robot n’ait à intervenir.

Vitalik Buterin

Vitalik Buterin est le fondateur d’Ethereum et de Bitcoin Magazine. Né le 31 janvier 1994, cet ingénieur informaticien russo-canadien figure dans le Top 40 des personnalités âgées de moins de 40 ans les plus influentes du monde économique selon le magazine Fortune.

 

Volatilité

La volatilité désigne la variation du cours d’une crypto-monnaie. Plus la variation du cours est importante (des hausses et des baisses importantes et récurrentes de la courbe d’un cours) plus nous dirons qu’une crypto-monnaie est volatile. A l’inverse, si la tendance de la courbe est stable, nous dirions que la crypto-monnaie est peu ou pas volatile.

 

Wall

Un Wall qui se traduit par « Mur » en français, est la représentation d’un « order book » (un livre où sont listés les ordres, de vente ou d’achat, effectués par un utilisateur). On parle de « Sell Wall » ou « Mur de vente » lorsqu’un ordre de vente d’un montant important (ou une succession de plusieurs ordres de vente de même prix) a été passé. Contrairement au « Buy Wall » ou « Mur d’achat » qui représente un montant important d’ordre d’achat.

 

Wallet

Qui signifie « portefeuille électronique » en anglais est programme qui permet de stocker des clés publiques ou privées (et dans le cas présent, des crypto-monnaies). Celui qui acquiert des coins possède obligatoirement un Wallet dédié. A l’image d’un portefeuille traditionnelle, il est le gardien de vos crypto-monnaies. Il en existe plusieurs types :

  • Le Wallet bureau: Qui est installé dans votre ordinateur
  • Le Wallet mobile: Une application smartphone
  • Le wallet en ligne: Qui fonctionne grâce au cloud, un espace de stockage en ligne consultable depuis n’importe où dans le monde via n’importe quel appareil capable de s’y connecter.
  • Le Wallet matériel: Représente un espace de stockage physique comme une clé USB (ex : la Clé Ledger ou LedgerWallet). Il permet le stockage hors-ligne.
  • Le Wallet papier (Paper Wallet) : Désigne tout simplement un morceau de papier sur lequel vous renseignez vos clés privées et publiques. Le moyen le plus sûr contre le piratage des données, à condition de ne pas perdre le morceau de papier…

 

Weak Hands

Qui signifie littéralement « Mains Faibles » en anglais, ce terme désigne un comportement réfractaire aux risques face à une variation effective ou potentielle du cours d’une crypto-monnaie. Autrement dit, un « Weak Hands » est une personne qui aurait entendu parler d’une chute prochaine du cours d’une crypto ou qui observerait une chute du cours, et qui, dans la panique, revendrait sans hésitation tout son stock de coins, quitte à revendre à perte.

 

Whale

Qui signifie « Baleine » en anglais, ce terme désigne les personnes possédant énormément de bitcoins (ou autre altcoins ou crypto-monnaies). Ou du moins suffisamment, de sorte que la simple vente de ces coins, voire l’achat massif de coins, pourrait faire varier significativement le cours d’une crypto-monnaie.

 

White Paper

Qui signifie « Livre Blanc » en anglais, ce terme désigne un guide dans lequel est recensé toutes les informations liées au projet d’une crypto-monnaie. Les créateurs d’une crypto-monnaie mettent à disposition ce guide pour fournir une explication claire quant à leurs objectifs et à la pertinence de leur projet. Souvent, le but principal d’un livre blanc est de convaincre des acteurs majeurs d’investir dans le projet en vue de développer et de lancer une crypto-monnaie.